22 & 23 mai 2010 à Mulhouse

Les 1ères Olympiades des batteries-fanfares de la CAMPA ont été confiées à l’Union des fanfares de France dans le cadre du cinquantenaire de sa fédération d’Alsace et de Mulhouse en fanfare 2010. Cette rencontre à caractère quadriennal a donc trouvé un contexte de choix, remarquable tant par la qualité de l’organisation et des installations mises à disposition par la ville de Mulhouse que par la couverture médiatique assurée par France musique, France 3 et la presse régionale. Ouverte aux batteries-fanfares de niveau équivalent aux deux divisions les plus élevées des quatre confédérations nationales, la première édition des Olympiades a rassemblé 9 formations de grande qualité, venues d’Alsace, d’Auvergne, de Bretagne, de Lorraine, du Nord-Pas-de-Calais et de Rhône-Alpes.

chaque orchestre était auditionné par un jury constitué de sept personnalités musicales de renom

Ainsi que le prévoyait le règlement, chaque orchestre était auditionné par un jury constitué de sept personnalités musicales de renom. Le programme était constitué de la pièce primée lors du concours de composition de 2008 « L'inconnu mystérieux » d’Arnaud Meier et d’un répertoire libre à interpréter dans un temps donné. Trois formations se voyaient sélectionnées pour participer au tour final devant un public de quelques 3000 spectateurs, la presse, les médias et un second jury représentatif des métiers de la musique. A l’issue du deuxième tour et par vote à bulletin secret, le jury attribuait le classement. Indépendamment de ce classement, le collectif des métiers et de la presse attribuait le « Prix des métiers de la musique ». A l’issue de ces Olympiades, le bureau de la CAMPA a pu tirer le bilan de cette première expérience et jeter les bases de la seconde édition, programmée pour 2014.

D’ores et déjà, nous pouvons dire qu’avec ces Olympiades il s’est passé quelque chose de neuf à Mulhouse et qu’elles ont été un succès sur la voie du rapprochement inter confédéral autour des batteries-fanfares. Nous le devons avant tout aux formations participantes, à leur esprit de coopération et à la qualité de leurs prestations. Notre reconnaissance va également au président Michel Bing et son équipe de la Fédération d’Alsace de l’UFF qui nous ont offert une solide organisation magnifiquement symbolisée par un spectacle éblouissant et grandiose. Enfin, je n’aurais garde d’oublier nos partenaires de la CAMPA, le ministère de la Culture et de la Communication, les éditeurs, les facteurs d’instruments, les médias et les personnalités musicales qui ont apporté aux batteries-fanfares un intérêt, des compétences et une notoriété exceptionnels. A tous nous disons merci !

Gabriel Ferrand vice-président de la CFBF et président de la CAMPA de 2004 à 2006
Extraits de Batteries-Fanfares Magazine, avec son aimable autorisation

Le jury des musiciens professionnels

  • François Bousch, président, représentant le Ministère de la Culture, directeur du CEFEDEM de Lorraine, compositeur et chef d’orchestre, ex-pensionnaire de l’Académie de France à Rome à la Villa Medicis, Grand Prix de Rome.
  • Thierry Bonneaux, directeur pédagogique du Conservatoire à rayonnement intercommunal de Saint-Dizier, professeur de percussion, musicien à l’Orchestre National de Jazz, compositeur, arrangeur.
  • Jean-Jacques Griesser, directeur du Conservatoire à rayonnement départemental de Belfort jusqu’en 2009, organiste, compositeur et chef d’orchestre.
  • André Reichling, lieutenant-colonel, chef de la Musique grand-ducale du Luxembourg, trompettiste, arrangeur.
  • Marc Ullrich, trompette solo de l’Orchestre symphonique de Bâle, membre du Basel brass quintet, spécialiste de la trompette baroque, jazzman.
  • Eric Valdenaire, directeur du Conservatoire à rayonnement régional de Poitiers, corniste, compositeur, arrangeur et chef d’orchestre.
  • Jean-Louis Vicart, directeur du Centre de pratique amateur de l’ARIAM Ile de France jusqu’en 2005, directeur de la Maison des pratiques artistiques amateurs à Paris, chef d’orchestre.

 

Le palmarès

  • 1er Lauréat : Batterie-Fanfare Saint Michel de Riespach - Alsace
    Directeur : Philippe Wendling - Président : Christophe Sengelin
    Pièces interprétées : L’inconnu mystérieux A. Meier - Songe J-J. Charles - Chant d’Ouest J-J. Charles - La mort de la poupée et la chasse S. Marchal - C Jam Blues D. Ellington/arrgt J-J. Charles
  • 2ème Lauréat : Batterie-Fanfare de l’Harmonie municipale de Forbach - Lorraine
    Directeur : Joseph Stein - Présidente : Isabelle Bouchheit
    Pièces interprétées : L’inconnu mystérieux A. Meier - Les Tatars R. Fayeulle - Open batt G. Coutanson/J-L. Gournay - Salzbourg J. Devogel
  • 3ème Lauréat : Batterie-Fanfare la Jeanne d’Arc de Chapdes-Beaufort- Auvergne
    Directeur : Patrice Ledieu - Président : Julien Chanteranne
    Pièces interprétées : L’inconnu mystérieux A. Meier - Mirage R. Fayeulle - Le cuir et la corde J-J. Charles

Les impressions du président du jury

J’ai assisté et participé à une aventure humaine et artistique exceptionnelle. Il n’est pas question ici de faire une description critique de toutes les manifestations, le programme permet de se rendre compte de l’importance de cette manifestation emblématique et de situer les compétences nécessaires à l’organisation de celle-ci. Il s’agit plutôt de témoigner de ce que j’ai eu la chance de vivre, de rendre compte de l’émotion artistique que j’ai éprouvée tout au long de ce week-end. L’objectif de la CAMPA semble bien être de valoriser et développer une pratique amateur encore peu médiatisée et donc pas assez encouragée, celle des instruments à vent. Cet objectif n’est pas seulement généreux, il est indispensable à une vie musicale riche d’émotions et dynamise une vie sociale qui a du sens. Réunir quatre Fédérations musicales au sein d’une Coordination n’est déjà pas chose simple. Faire en sorte que celle-ci mette en œuvre un projet d’envergure tourne vite au challenge et frise la mission impossible ! Michel Bing, président de la Coordination des Associations Musicales des Pratiques Amateurs a réussi son pari en fédérant autour de ce projet de nombreuses énergies : les Fédérations musicales, la Municipalité de Mulhouse, les Institutions nationales, régionales et départementales, les médias nationaux (France 3 et Radio France), régionaux et départementaux… Toutes ces énergies ont contribué à la réussite de ce projet avec la participation de très nombreux amateurs : L’animation des rues du Centre Ville de Mulhouse où le public médusé et enthousiaste participait à la musique en dansant et frappant dans les mains ! L’organisation, avec la participation d’ensembles musicaux venant de toutes les régions de France, de concours de fanfares de très grande qualité, tant par la présentation des musiciens, le soin apporté à l’accord des instruments, l’implication des musiciens dans l’interprétation des répertoires, tout cela ponctué par les applaudissements nourris d’un public conquis.

Toutes les formations se sont présentées en tenue, ayant répété leur entrée et leur installation, le plus souvent déjà accordée, montrant d’emblée une concentration et un sérieux pour la prestation à venir.

La mise en œuvre d’un spectacle international, référence artistique indispensable, le Tattoo, qui a réuni des formations musicales prestigieuses venant de nombreux pays pour donner un spectacle d’une qualité exceptionnelle, qualité musicale impressionnante dans ces circonstances, tant par la justesse de l’intonation et la mise en place rythmique par des musiciens éloignés de plusieurs dizaines de mètres ! associant des « chorégraphies » à l’émission sonore spatialisée, qualité de présentation ne négligeant pas l’humour, provoquant un public ravi de participer à la fête. Ce Tattoo a commencé par l’interprétation magistrale d’une œuvre de Aaron Copland sous la direction musicale, précise et dynamique d’Astride Jund par un ensemble d’excellents musiciens et s’est terminé par la réunion de très nombreux musiciens amateurs interprétant un medley original souligné par une pyrotechnie raffinée. Ils se souviendront toute leur vie de cet événement exceptionnel. La cérémonie de remise des récompenses le dimanche après-midi, cérémonie à laquelle participaient de nombreuses personnalités. Ces deux journées intenses ont heureusement été soutenues par le soleil qui a su fort à propos s’inviter à la fête et renforcer le sentiment de vivre des moments de partage et de convivialité. À cette occasion, neuf formations étaient en lice. Un premier tour permettait de sélectionner trois d’entre elles pour la finale. Les programmes musicaux étaient libres à l’exception d’une œuvre imposée, « l’inconnu mystérieux » d’Arnaud Meier pour batterie-fanfare, pièce qui a obtenu le 1er prix du concours de composition de la CAMPA en 2008. Toutes les formations se sont présentées en tenue, ayant répété leur entrée et leur installation, le plus souvent déjà accordée, montrant d’emblée une concentration et un sérieux pour la prestation à venir. Les chefs de musique, quelquefois accompagnés par le président de la formation pour venir se présenter, ont montré un savoir-faire de qualité et une connaissance précise des répertoires interprétés. Je note l’intérêt de demander aux formations sélectionnées pour le deuxième tour de redonner le programme qu’elles avaient interprété pour le premier. Cela a permis au jury de constater la solidité du travail entrepris et de mesurer la capacité des formations à améliorer leur prestation entre ces deux tours. Je note également la grande qualité musicale des formations en lice, leur engagement, leur maîtrise dans des conditions quelquefois difficiles, par exemple jouer à l’issue d’un long voyage en car, ou bien jouer en premier le matin de bonne heure ! Je note aussi l’intérêt du morceau imposé, pièce délicate dans sa mise en œuvre, pas toujours habituelle par rapport au répertoire usuel des formations, mettant en valeur des qualités de maîtrise tant rythmiques que d’intonations, notamment pour les sons naturels, œuvre d’une qualité musicale indéniable. Toutes les formations ont eu à cœur d’interpréter le mieux possible cette musique neuve. Le jury a été unanime dans ses décisions tant au premier tour qu’au deuxième.

L’organisation irréprochable du concours a établi la sérénité nécessaire au bon déroulement de cette manifestation. Je tiens à remercier les Fédérations : CFBF, CMF, FSCF, UFF et leurs présidents, la CAMPA et son président, pour avoir eu l’idée de ce concours qui va permettre l’essor de ces formations passionnantes que sont les batteries-fanfares, aux sonorités originales, et souhaite que les prochaines Olympiades contribuent au développement de la pratique en amateur et à l’éclosion de nouveaux talents.

François Bousch

Le jury des professionnels de la musique

  • Lara Million, présidente, adjointe au maire aux grands événements de la Ville de Mulhouse.
  • Franck Fumoleau, directeur général de l’Institut technologique européen des métiers de la musique.
  • Pierre Lafitan, directeur des Editions Pierre Lafitan.
  • Martine Zuber, directrice des Editions Corélia.
  • Yves Rémy, directeur de la rédaction de La Gazette des Cuivres.
  • Pierre Chevreau, critique musical au quotidien Les dernières nouvelles d’Alsace.
  • Jean-Claude Ober, journaliste au quotidien L’Alsace.

Le prix des «Métiers de la Musique» est un prix spécial destiné à l’un des trois finalistes du second tour par le jury présenté plus haut.

Celui-ci avait comme seul critère la tenue des ensembles et l’intérêt musical des pièces présentées.

Le prix des «Métiers de la Musique» a été attribué à la Batterie-Fanfare Saint Michel de Riespach - Alsace

 

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données